لمحة   .

Grand salut à mes confrères anciens combattants marginalisés avec une PMR de 1417 dirhams pour hommes de troupe et sous officiers.Aussi à tous ceux qui ont été radiés injustement des contrôles des FAR sans aucun droit ni avantage.

Sahara Marocain.
Provinces sahariennes marocaines 1977
Au sein de mon unité d’origine 3ème GLS/BLS/FAR j’avais participé à l’opération essuie-glaces dans les provinces sahariennes récupérées. Depart de Casablanca le 19 juillet 1977 vers Abadie( Sidi Bibi). Puis vers Zag pour atteindre Lahmada Sud de Zag.


عملية فك الحصار عن الزاك 1980Le 1er août 1977 débuta cette opération avec d’autres unités.

Eg1 (1)Après deux ou trois jours nous arrêtons à cause d’un hélicoptère atterri et signalé en panne. Il faut attendre l’arrivée de pièces exigées pour la réparation de cet helico.
Notre approvisionnement en eau épuisé. Nous reprenions notre campagne dans des conditions lamentables :soif et faims. Pour nous nourrir,il faut pétrir soit même une pâte à faire cuir sur les braises.

Souvenir Bir Lahlou

Arrivés à Bir Lahlou, nous étions ravitaillés en eau insuffisamment ni à boo re qu’à pétrir . Je me fis soulagé par un morceau de pain acheté à Zag et tombé sous le siège du camion Kaizer que je conduisais.
Après un bref arrêt, nous quittâmes Bir Lahlou vers Ras Irni. Un autre bref arrêt, a cause de manque d’eau , chaleur insupportable , la quasi totalité d’entre nous étaient hors de combat.
Quatorze jeunes sucombèrent le même jour par désydration et inhumés à titres martyrs à Ras Irni.
La nuit suivante, un hélicopère attira sur ces lieux. C’était le général Driss Ben Aissa qui était à bord et accompagné de médecin. Un ordre a été donné pour préparer du thé au sel pour nous permettre de reprendre nos forces.
Après , c’était Tfariti évacué par les mercenaires d’alger que nous avions conquis dans une après-midi fraîche par une lègere averse .Il y avait environ trois puits ayant été fait objet de curetage par les élections du génie puis analyse médicale avant d’y puiser.
C’était la qu’à été mis sur pied le 6e RIM.
…..,,,

Tfa1

Après notre retour à Casablanca , nous étions en courte mission à Marrakech ( environ une semaine) puis nous rejoignons à la hâte Casablanca vers une autre destination par pont aérien Nouasser- Nouadhibou le 8 décembre 1977. C’était à Laguira le 14 aout 1978 que nous avons fêté la récupération des régions Ouad Ad Dahab Laguira. Un de mes souvenirs glorieux.
Alors que j’étais combattant entre Assa et Zag, en mai 1980, j’avais participé à une glorieuse et triomphale opération pour rétablir l’ordre dans la région de Zag . Quoique cette opération est considérée éphémère, la préparation à cet avènement a durée plus d’une semaine: l’arrivée du 7e RIM sous commandement du Col Hayk sur la chaîne Ouarkziz derrière le col Negueb avec ses Vulcan 20 mm six tubes, ses missiles antichars.Aussi , appuyé par des canons 155mmF3 sur chars etc…
Appuyé également par le 8e RIM commandé par le Col Harchi. À l’est, au sud de Ouarkziz de Khang Labraber à Touizgui le 3eGLS et GMM ont été déployés avec une batterie d’orgue Staline pour intervenir contre toute tentative ennemie pouvant être déclenchée de Foum Laachar ou ses environs.
La soirée du 13 mai toutes ces unités sont prêtes sur les hauteurs de Ouarkziz. Malgré que je souffrais toujours d’une maladie chronique j’avais été toujours sur les lignes de feu.
Après minuit et avant l’aube du 14 mai et au clair de lune cette opération a été déclenchée et n’a duré qu’une journée . Ces cañons gun grondaient du côté ouest par leurs tirs momentanés chaque fois qu’une cible ennemie détectée soit par le radar aérien de C130 le radar terrestre placé sur la colline de Negueb. Les F5 et mirage F1 intervenaient chaque fois que les coordonnées d’un objectif ou cibles quelconques signalés par les radars. Le lendemain les populations civiles autochtones de Zag sont évacués généralement vers Guelmim.
En janvier 1981, j’étais détaché à l’EM/ZS Agadir pendant six mois puis j’avais rejoint le front ouest de Smara (Oum Absous Rame Lben).
Vers la fin 1983 et début 1984 c’était une nouvelle destination :Amgala. C’était grand honneur, grange gloire, triomphe pour tout combattant présent sur ces fronts et au sein
de ces grandes unités d’intervention, ces bataillons d’infanterie mécanisés et groupes pourvoyeurs : génie, santé, transmission et autres…
Etc..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *